Institut    Évènements    Revue    Bibliothèque    Parents    Anciens    Archives   
Saint-Boniface Parnasse    Présentation    Responsables    Cours et options    Inscriptions   
Se connecter

Présentation

 
Faire face

logo_fondamental

UNE ÉCOLE OÙ J’APPRENDS À FAIRE FACE

 

Faire face  aux apprentissages, tout d’abord. Parce qu’apprendre est la mission première d’une école. Apprendre des choses nouvelles, apprendre à organiser son travail, apprendre à étudier, apprendre à repérer ses forces et ses faiblesses. Apprendre à demander de l’aide quand je ne comprends pas. Apprendre à aider mes camarades quand j’ai très bien compris…

 

Faire face  à la vie en communauté. Communauté scolaire, avec ses règles et la richesse des multiples rencontres que je peux y faire. C’est là que j’apprends à devenir un citoyen responsable, une personne heureuse dans un monde où je ne suis rien sans les autres, où seuls les liens que je tisse feront de moi une personne épanouie.

 

Faire face  à mes responsabilités d’écolier. Car mes réussites, c’est à ma volonté que je les dois. Trop de gens essaient de nous faire croire que nous avons tous droit à tout. Sans effort, sans contrepartie. Ce n’est pas vrai ! Au plus tôt je l’aurai appris, au plus tôt je serai à même de me prendre en mains.

 

Faire face à ma vie future. Car c’est à l’école fondamentale que j’en pose les fondations. C’est aujourd’hui que je construis ma vie d’adulte. Tout enfant qui apprend à tracer des bâtons, à dessiner des ronds a commencé son œuvre d’homme !

 

Faire face… Oui, faire face !

C’est ce que l’Institut Saint- Boniface- Parnasse veut apprendre à vos enfants.

 

Faire face. Deux mots qui en disent long sur notre ambition de donner à nos élèves les meilleurs atouts dans leur chemin vers demain.

 

 

L’équipe éducative.

   
Etre parent...

Etre parent, le plus beau mais … le plus difficile des métiers !

 

Education


Etre autoritaire c’est être capable d’aider son enfant à trouver sa place dans le monde où on l’a invité.


Ce n’est pas vouloir imposer « sa » loi et l’obtenir par la force mais construire une relation de confiance avec son enfant, lui montrer qu’en voulant l’éduquer on veut son bien. L’enfant le sait … et n’en voudra jamais à ses parents d’avoir donné et maintenu son avis : au contraire, il sait que c’est là qu’est le vrai amour !

 

Les parents attendent souvent que l’école soit leur relais pour l’autorité.

 

Les parents se disent « quand il sera à l’école, il apprendra à obéir ».

 

Or, c’est tout bébé qu’il faut éduquer son enfant. On voit de plus en plus d’enfants qui s’opposent, montrent des signes d’impatience voire de violence et les parents qui n’interviennent pas : ils ont peur de les traumatiser !

 

Savoir dire NON à son enfant, c’est l’aimer encore plus !

 

C’est plus facile de dire « oui » car on n’engendre aucune réaction négative de la part de son enfant ! Pourtant … c’est payer cher l’avenir : l’enfant devient enfant-roi et les parents sont alors totalement dépassés.

 

N’oubliez pas non plus ceci :

 

Si vous dites à votre enfant qu’il est un bon à rien, il deviendra un incapable … si vous l’aidez à découvrir toutes ses capacités, il deviendra quelqu’un de bien.

 


Sommeil


Grands et petits, adultes ou enfants, pour bien vivre nous avons besoin de bien dormir !

 

Nous passons un tiers de notre vie à dormir… et ce n’est pas du temps perdu !

 

Dormir est une activité aussi importante que manger, respirer. En effet, pendant que nous dormons nous récupérons de nos fatigues physiques et nerveuses.

 

De plus, le sommeil est nécessaire à la croissance de l’enfant et à la maturation de son système nerveux. C’est pendant son sommeil que sa mémoire se construit. L’enfant a donc besoin de bien dormir pour grandir, apprendre, se développer harmonieusement.

 

Comment dort un enfant entre 3 et 12 ans ?

 

Durée moyenne de sommeil :

-        de 3 à 5 ans :                 12 heures

-        à partir de 6ans :             11 heures

-        à partir de  12 ans :            9 heures 30

 

L’heure du coucher

-        Vers 3/5 ans :                 19 heures

-        à partir de 6 ans :             20 heures

-        à partir de 12 ans :            21 heures 30

-        à l’adolescence :            22 heures.

 

Mais tout dépend bien sûr aussi de l’heure du lever…

 

Le temps d’endormissement

 

L’enfant s’endort en  18/19 minutes

 

Le sommeil, un plaisir qui se prépare

 

Quand vient le soir, vient le moment de préparer votre enfant à la nuit. Il faudra prendre l’habitude d’accomplir tous les petits rites du soir …

 

Instants de tendresse, de relations privilégiées … Une histoire ? Une chanson, un jeu ? Ou tout simplement de gros câlins …

 

L’important c’est qu’il se sente bien, qu’il ait pu évacuer le stress et les petites angoisses de la journée. Rassuré, sécurisé, il pourra s’endormir seul.

 

Quelques suggestions pour bien dormir

  • S’aménager une chambre accueillante au sommeil, ventilée, silencieuse, sombre, à une température d’environ 18 °
  • Eviter de regarder la télévision dans la chambre
  • Eviter les jeux électroniques au coucher
  • Eviter les films d’horreur ou trop violents
  • Respecter un horaire de sommeil régulier (tous les jours à la même heure)
  • Eviter les boissons excitantes (coca, ice-tea, café, …) ou une alimentation trop grasse ou mal équilibrée au repas du soir
  • Eviter de souper tard
  • Eviter un sport ou une activité trop intense après 18 heures
  • Ne pas considérer le sommeil comme une perte de temps
  • Ne pas considérer le sommeil comme une punition
  • Utiliser la lecture pour entrer dans le sommeil
  • Prendre l’habitude de s’endormir et de passer toute la nuit dans son lit
  • Laisser la porte ouverte ou une petite lampe allumée si l’on ne se sent pas en sécurité.

Pour de bonnes habitudes télé 

 

La télévision est bien sûr partout … mais il faut apprendre à la gérer !

 

Accompagner l’enfant devant la télé 

  • Il ne faut pas le laisser seul devant l’écran de télévision
  • Il faut savoir ce qu’il regarde
  • Il faut éviter que l’enfant ne regarde la télévision avant d’aller dormir
  • Il faut éviter d’allumer la télévision au moment des repas, cela coupe toute possibilité de communication
  • Essayer de regarder avec l’enfant son émission préférée
  • Etablir des règles au départ avec l’enfant et s’y tenir

Sport

 

Se bouger … 

 

Les enfants ont besoin de bouger, de se défouler, de jouer.

 

Si vous mettez votre enfant devant la télévision pendant 1 à 2 heures par jour, il va accumuler de la fatigue nerveuse. Ne l’habituez pas à la télévision mais habituez-le à jouer et, si vous avez le temps, jouer avec lui.

 

Jouer ou laisser le jouer : le jeu est une activité physique ou intellectuelle visant au plaisir. La télévision par contre est abrutissante et passive. Le jeu est aussi vital que la nourriture.

 

Vous pouvez aussi faire une petite promenade avec lui et profitez de ce temps pour être à sa disposition.

 

Bien sûr vous pouvez aussi l’inscrire dans un club, mais ne surchargez pas trop les journées de votre enfant sous prétexte de l’occuper à tout prix. Il faut savoir trouver un juste milieu.

 

 

Alimentation

 

Manger de tout ! 

Boire et manger est indispensable à la vie.

Une bonne alimentation est importante pour le développement de l’enfant.

  • L’enfant grandit, il a besoin de construire son petit corps. Pour cela il a besoin de lait, de fromage, de viande ou de poisson.
  • L’enfant a besoin d’énergie pour courir, bouger, travailler. Pour cela il a besoin de pain, riz, pommes de terre ou pâtes.
  • L’enfant doit se protéger contre les maladies et infections ainsi que la pollution. Pour cela, il a besoin de manger des fruits et des légumes.
  • L’enfant a besoin d’eau : c’est la meilleure des boissons.

Ne négliger pas le petit déjeuner : il donnera à votre enfant toute l’énergie dont il a besoin le matin et il l’aidera à se sentir en forme. Un estomac vide secrète des acides qui donnent des crampes à l’estomac.

Imaginez-vous partir à votre travail sans avoir mis de l’essence dans votre voiture.

En fait, le petit déjeuner devrait être le repas le plus important de la journée

 

Hygiène corporelle

 

Soigner son corps

 

Se laver est important. Cela permet d’éliminer les saletés et les microbes.

  • Chaque jour, il faut laver son enfant entièrement, dans le bain, dans un bassin ou au lavabo. Ce n’est pas parce qu’on ne voit pas les pieds, qu’il faut les oublier.
  • Les cheveux doivent être lavés au moins une fois par semaine.
  • Avant de se coucher, n’oubliez pas de brosser les dents de votre enfant : c’est la nuit que les caries se font le mieux étant donné la diminution de la production de la salive.
  • Il ne faut pas oublier de couper les ongles une fois par semaine
  • Il faut changer de sous-vêtements tous les jours (slip, singlet, chaussettes) car ils sont directement en contact avec la partie la plus chaude de la peau.

Et quand il est malade ….


Quand l’enfant est malade, il n’a envie que d’une chose : guérir. Pour cela, il faut être patient. Certaines maladies guérissent toutes seules mais il faut attendre que le corps remporte la victoire. Le repos est alors le meilleur des remèdes pour l’y aider. Dans d’autres cas, il faut l’aider avec des médicaments prescrits par le médecin (et non ceux conseillés par vos amis).

 

Lorsqu’un enfant est malade, il faut le garder à la maison : il évitera de contaminer les autres enfants et se remettra d’autant plus vite.

   
Ennui et part du rêve

L’ennui est signe d’une bonne santé psychique.  Une inactivité apparente n’est pas synonyme de perte de temps mais bien d’apprentissage, de découverte, de jeu ou de rêve.

 

Est-il indispensable que les enfants aient un horaire d’activités – hors école – surchargé ?  Cela est bien souvent onéreux et peut engendrer à plus ou moins long terme, beaucoup de fatigue et de stress pour l’enfant…

 

Nous vous invitons à lire ce résumé consacré à « l’ennui ».

 

L’ennui ou la paresse n’est pas nécessairement signe de fainéantise. 

 

Derrière un enfant inactif se cache peut-être un enfant qui rêve et qui construit sa maison intérieure.

 

« On a peur de l’ennui dans notre société hyper stimulée. »

 

S’ennuyer ne doit pas être perçu comme un échec, ne doit pas renvoyer à une image de perdant.  Il doit plutôt être perçu comme un temps pour acquérir un outil précieux : la créativité.

 

Ce « temps mort » que représente l’ennui est au contraire synonyme de silence, de contemplation qui mène vers le plaisir : il faut retrouver le plaisir de simplement jouer avec un petit camion, un ballon, sans énervement.

 

De plus, s’ennuyer est simple et ça ne coûte à peu près rien : pas d’Internet, pas de DVD, pas de télé, pas de Playstation, aucun atelier de bricolage au programme mais simplement l’idée de NE RIEN FAIRE !

 

Et pourtant il n’est pas donné à tous les enfants de transformer l’ennui – aspect tellement naturel et important de la vie – en un oasis de créativité.

 

L’ennui est un temps mort mais qui est constructif et positif parce que c’est un  tremplin pour la créativité et l’imagination.  Des enfants qui reçoivent des tonnes de stimulations pour chaque minute de leur vie, ne savent pas comment composer avec l’ennui.  Ils paniquent, ils sont mal dans leur peau et deviennent agressifs.  Alors qu’un enfant habitué à vivre des moments non structurés, est capable d’aller au-delà de l’ennui en inventant des jeux, des histoires.

 

« Les esprits créatifs de demain sont des enfants qui on apprit à surmonter l’ennui.  Pour eux, un divan peut-être perçu comme un navire, une boîte peut se transformer en taxi, etc. » 

 

 

K. Hirsch-Pasek, professeur de psychologie.

   
Sanctionner

Faut- il sanctionner ?          

OUI … IL FAUT SANCTIONNER !

 

Lorsque la parole, la mise en garde ou le dialogue n’ont pas suffit et que l’enfant n’a pas voulu entendre, il faut lui montrer qu’on a les moyens de lui faire respecter les interdits.

  • Sanctionner c’est donner du poids à ses mots.
  • Si on se contente de menacer, on perd toute crédibilité et on manque de cohérence
  • De plus, une punition soulage l’enfant car elle lui permet de réparer sa « faute » et de le libérer de sa culpabilité.

Voici les conditions d’une bonne punition :

  • La précéder d’avertissements
  • La faire porter non pas sur l’enfant : « tu n’es qu’un maladroit », mais sur ce qu’il a fait : « tu as cassé le vase de mamy ». C’est moins humiliant
  • Accepter néanmoins d’écouter le ressenti de l’enfant
  • Ajuster la punition à la gravité de la situation, aux circonstances atténuantes
  • Choisir une punition responsabilisante ou réparatrice

(Ex. : nettoyer ce qui a été sali, rembourser ce qui a été cassé, ranger ce qui a été dérangé)

  • Punir calmement, plutôt que sous le coup de la colère, au risque qu’elle soit disproportionnée et inapplicable
  • La rendre suffisamment inconfortable (il est inutile de priver l’enfant de quelque chose s’il ne l’aime pas…)

Et si vous vous êtes laissé emporter par la colère, prenez le temps d’en rediscuter avec l’enfant et de reconnaître que vous avez été peut-être trop loin.

   
Prière d'un enfant à ses parents

Prière secrète d’un enfant à ses Parents

                                                                                                 Jacques Salomé

 

Maman, Papa, c’est important pour moi que vous sachiez me dire non

 

Que vous ne me laissiez pas croire que vous pouvez être tout pour moi, que je peux être tout pour vous.

 

 

Papa, Maman, surtout entendez mes désirs …

Mais n’y répondez pas tout de suite.

En les satisfaisant trop vite, vous risquez de les assassiner !

Confirmez-moi que j’en ai, qu’ils sont recevables ou irrecevables

Mais ne les prenez pas en charge à ma place.

 

Maman, Papa, s’il vous plaît, ne revenez pas trop souvent sur un refus…

Ne changez pas d’avis,

Pour que je puisse ainsi découvrir mes limites et avoir des repères clairs.

Même si je réagis, si je pleure, si je te dis à toi, Maman :

« Méchante et sans cœur… », reste ferme et stable

Cela me rassure et me construit.

Si je t’accuse toi, Papa, de « ne rien comprendre »,

Ne m’enferme pas dans mes réactions.

 

Papa, Maman, par pitié,

Même si je tente de vous séduire… résistez

Même si je vous inquiète… ne vous soumettez pas

Même si je vous agresse parfois… ne me rejetez pas

C’est comme cela que je pourrai grandir… Merci !

  Administrer cette page

Description:

Description de l'Ecole Fondamentale de ses valeurs

Détails:

Auteur:

Webmaster

Dernière édition:

Wed, 16 Dec 2015 08:11:10